Jargon Marketing: La communication & media

Nouveau volet de la série jargon marketing consacré au jargon du monde de la publicité et des médias. Comme vous l’avez peut être déjà constaté, la communication média est riche en acronymes  et expressions seulement connues et comprises des publicitaires eux-mêmes.

Pour décoder le discours et apprendre à mieux maîtriser le vocabulaire de cette communauté de professionnels, nous partageons   l’essentiel des termes à connaître et retenir. A garder sous le coude en réunion media ou lorsque vous consultez une agence de média!  
 Plan média :

appelé également media planning, ce terme désigne le document regroupant l’ensemble des insertions publicitaires prévues dans les supports et médias choisis pour une campagne publicitaire.
 Audience :
Nombre de personnes déclarant lire, feuilleter ou consulter un titre de presse. L’audience s’exprime en nombre de lecteurs ou en pourcentage de la population totale.
Taux de couverture :
mesure la capacité d’une campagne, réseau ou support publicitaire à toucher une cible ou population donnée. Dans la plupart des cas, l’annonceur peut recourir à une campagne multicanal (par exemple : radio/tv/affichage) afin d’assurer une couverture optimale de sa cible.

 GRP (Gross Rating Point) :

Somme des taux de pénétration de toutes les insertions (ou de tous les écrans TV, spots, radio, etc.) d’un plan média. On le calcule en multipliant la couverture par la répétition.

 

Cross media :
utilisation coordonnée des différents médias de manière éditoriale ou publicitaire, considérée souvent comme une “opération spéciale sur mesure”, dont l’objectif est de permettre de toucher le consommateur au bon moment, le plus efficacement possible.

 

Part de voix :
indicateur de mesure relative des investissements publicitaires d’un annonceur et de sa visibilité en fonction de ses concurrents, sur une période donnée.
Taux de notoriété spontanée et assistée :
le taux de notoriété spontanée est le pourcentage de personnes qui citent spontanément une marque. Dans le cas du taux de notoriété assistée, il s’agit du pourcentage de personnes qui disent connaître une marque présentée dans une liste ou citée par l’enquêteur. Ces indicateurs sont fréquemment utilisés pour mesurer l’impact d’une campagne publicitaire sur la population.
CPM (coût pour mille) :
désigne le prix facturé à un annonceur pour mille affichages de son annonce publicitaire sur un media internet (magazines en ligne, sites portails, etc.) Le CPM est un mode de facturation répandu pour les offres d’espaces publicitaires sur internet.
 PPC (pay per click) :
littéralement « payer au clic », il s’agit également d’un mode de facturation de la publicité sur internet. A l’inverse du CPM, l’annonceur n’est facturé que si le visiteur clique sur son bandeau publicitaire. Ainsi, si le bandeau est affiché mille fois et que ces mille affichages ne http://www.achaten-suisse.com/ génèrent que 100 clics, l’annonceur ne paye que pour ces 100 clics. Dans la très grande majorité des cas, le coût du clic est fixé via un système d’enchère en ligne.
Taux d’ouverture :
indicateur utilisé pour les campagnes d’emailing, le taux d’ouverture désigne le ratio entre le nombre de messages ouverts et le nombre total de messages envoyés. Pour obtenir cette information, il est indispensable d’envoyer un message au format html accompagné d’un système de tracking de l’ouverture.

 Taux de clic :
également utilisé pour les campagnes d’emailing, il s’agit du rapport entre le nombre de personnes qui ont cliqué sur un lien ramené au nombre de personnes ayant ouvert l’email. Un outil de tracking est ici aussi nécessaire. Des actions ciblées seront alors entreprises en fonction des préférences et intérêts décelés grâce au suivi des action de clics.